• #FuckSociety

     

    Je veux juste écrire un petit coup de gueule. Un tout petit. Peut-être cela ne vous arrive pas, peut-être que cela vous arrive, mais en tout cas ç'a m'arrive à moi.

    Et ça m'affecte, même si l'avouer m'énerve puisque ça me rend en un sens faible.


    AN TEMPS D'AVANT, AVOIR des formes, avoir des bourrelets, de la graisse, des jambes dont les cuisses se touchent, c'était bon signe. Cela prouvait que l'on mangeait bien, donc qu'on était riche. Et quoi de mieux qu'être riche pas vrais ? Puis le temps à changer, évolué. Et à présent, pour montrer notre richesse c'est d'être fin, mince. Attention, je ne vois aucun mal à l'être, là n'est pas mon point de dire que les gens sans gras ne sont pas agréable à voir.

    Ce à quoi je veux arriver, c'est un point qui aujourd'hui est, d'après mon point de vue, très présent dans la Société actuelle et notre environnement. Une fois de plus, je ne vois aucun mal à ce que je m'apprête à dire dans quelques instants. Ce coup de gueule n'est penché qu'autrement que sur perdre du poids pour avoir le corps que toutes les sportives où mannequin ont (grosso modo). Combien de fois je vois des affiches de femmes en petites tenus de sport, avec le corps de rêve, les jambes minces, les abdos qui se voient doucement sur le ventre plat, les bras légèrement musclés... je comprends que c'est beau à voir, que faire du sport est bon pour la santé ça je le comprends très bien également.

    Mais ce qui me reste en travers de la gorge c'est que j'ai cette fâcheuse impression que la Société nous pousse à obtenir ce corps. Comment ce fait-il que j'arrive à un point où après avoir mangé une tablette de chocolat, je me sens mal, honteuse et me dit que demain je mangerais que très peu et que des légumes pour rattraper ma faute d'aujourd'hui ? Que lorsque je fais mes courses, je regarde immédiatement le nombres de calories que cela contient et repose le paquet si c'est au-dessus de 350 ? Je veux dire, est ce que c'est normal que je me trouve moche, grosse, laide, pas bien dans mon corps puisque je n'ai pas les mêmes standards que la Société ? Pas le même corps divin, idyllique ? Étrangement, quand je le réalise, quand je me regarde dans la glace et réprime une grimace, je suis déchiré entre deux voix : l'une étant de manger un peu moins les prochains jours, essayer de faire plus de sport, d'aller marcher dans la ville pour tenter de cramer toute cette mauvaise graisse en surplus ; et de l'autre je n'ai qu'une envie c'est de manger encore plus qu'avant puisque comme je suis déjà grosse, pourquoi m'arrêter là ?

    Regardez autour de vous, dans les magasins, les mannequins, tous sont d'une taille fine pas possible. Aucun ne montre une femme où homme un peu rond sur les côtés où avec un petit ventre. Pourquoi ? Je ne vois pas en quoi se serait un problème de rendre la chose un peu plus véritable, réalistique. J'ai juste cette impression que l'on nous a rentré dans le crâne qu'il faut devenir mince, qu'il faut avoir ses centimètres là au niveau des hanches et pas plus. Je comprends que c'est bon pour notre corps d'être en forme, d'être sain, mais pourquoi ne pouvez-vous pas voir qu'un peu de graisse fait du bien aussi ? que ce n'est pas moche ? Parce que ça brise un bon nombre de personne je pense, d'adolescents qui sont donc focalisé sur cette image du corps parfait que l'on demande et que certains n'ont pas.

    Avoir quelques kilos en trop ce n'est pas moche, or, comme nous sommes pollués par cette idée de la Société, par cette image, et bien on se retrouve à dégouter notre apparence. C'est bien dommage, non ? d'en arriver à ce point. D'avoir cette peur de l'été, de se mettre en maillot de bain puisque cela voudra dire montrer notre corps au monde. Celui qui n'est pas parfait.

    Alors voilà. Est-ce donc normal que du fait que l'on mange, je vous l'accorde, des cochonneries quelques fois, que un soir pour célébrer un évènement on achète des cookies et qu'on en mange 5 après une petite pizza, est-ce normal qu'en rentrant chez nous, une fois qu'on se change en pyjamas en voyant notre corps et en repensant à ce que l'on vient de manger, on se mette à pleurer ? Dites que c'est faible, que c'est stupide, que c'est ridicule, mais c'est vrai. Oui on pleure. Pleure de dégout de nous-même. Je suis désolée mais ce n'est pas normal qu'on se sente brisé de l'intérieur parce que nous n'appartenons pas à cette catégorie du corps merveilleux.

    J'ai l'impression de me croire dans une dystopie où la Société est divisé entre eux : ceux riches, beau avec le corps de déesse ; et ceux qui sont les rejetés puisqu'ils ne sont pas conformes aux règles. Puisqu'ils sont moches, gros, sale. Comment en sommes-nous arriver là ? A détester notre apparence, à en avoir peur puisque nous ne sommes pas pareil que ce que veux la Société ? Ce qui m'horripile, c'est qu'à présent je ne peux pas m'ôter cette chose de la tête. Cette envie de tout faire pour arriver à avoir des jambes qui ne se touchent pas, un ventre avec des abdos qui se voient doucement. Rechercher des granules, pilules, poudre, crème, tout le possible pour m'aider à mincir et à arriver au poids voulu, au corps tant attendu.

    Mais parfois le soir, je me dis à quoi se fondre dans la masse et être un mouton de plus à suivre le reste bêtement ? Pourquoi faire comme tout le monde ? Pourquoi pas profiter de la vie et manger tant que j'ai de l'appétit, prouver le contraire au monde et grossir, montrer qu'il y a de la beauté dans un corps soi-disant imparfait ?

    #FuckSociety

     

    « NOX, par Eloise TangheRelease par Patrick Ness »
    Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :