• Gotham, une série sombre et puissante (saison 1)

    Gotham, la série où l'on aime les psychopathes Tout le monde connaît le Commissaire Gordon, valeureux adversaire des plus dangereux criminels, un homme dont la réputation rime avec "loi" et "ordre". Mais que sait-on de son histoire ? De son ascension dans une institution corrompue, qui gangrène une ville comme Gotham, terrain fertile des méchants les plus emblématiques ? Comment sont nées ces figures du crime, ces personnages hors du commun que sont Catwoman, le Pingouin, l'Homme-mystère, Double-Face et le Joker ?

     

     

     

    Nous revoilà avec une énième série à vous faire découvrir (ou pas). Gotham, je l'ai découverte en même temps que Shameless, c'est à dire il y a deux semaines au moment où je vous écris cet article. Tout ça puisqu'un acteur jouait dans les deux: Cameron Monaghan, aka Ian Gallagher et Jerome Valeska dans Gotham

    Gotham c'est l'histoire avant The Dark Knight, avant Batman et compagnie. C'est l'histoire sombre de comment chacun de ses personnages clefs de ce monde ont grandi et sont devenu ceux qu'ils sont dans le monde de Justice League et autre. 

    Gotham, la série où l'on aime les psychopathes

    Tout commence avec un policier. Le fameux James Gordon. Jeune, confus, on a ce sentiment que ce Jim peut être le gars parfait pour le boulot de policier, mais il a encore beaucoup à apprendre. Il ne sait rien de Gotham et des secrets qui y sont enfuis dans les tréfonds des ténèbres de la ville.             Heureusement pour lui, il fera équipe avec Harvey. Après quoi, le duo ne se quittera jamais d'une semelle, s'aidant à battre n'importe quel méchant tentant de prendre le pouvoir.

    En ce qui concerne l'intrigue, c'est d'une manière assez surprenante que l'on se trouve face à quelque chose de concret et de vrai, qui tient la route jusqu'au bout. Normalement les premières saisons place les éléments et le fun n'apparait qu'aux derniers épisodes avant de laisser place à la saison 2. Ici, avec Gotham, le dialogue à un sens et fait avancer les choses grandiosement. Tous ce qui est dit à un lien, chaque moment poursuit le suivant. Quant à la performance des acteurs, elle est parfaite, même pour les jeunes acteurs. (bon pas aussi bien que ceux de Stranger Things mais tout de même passable.)

     

    Gotham est un monde sombre. Et lorsque l'on arrive à la fin, les derniers épisodes sont encore plus sombre et noir, plus confus (dans le bon sens bien évidement), plus fou et plus intense que jamais.Les personnages continue d'être développés dans de puissante et inattendu manière. Nous en apprenons toujours plus sur chacun d'entre eux sans jamais savoir l'intégralité de leur passé non plus.

    Les 22 épisodes de cette série, de la saison 1 sont toujours empli de mystère et garde notre attention, poussant notre curiosité à vouloir en savoir plus. Et donc enclencher l'épisode suivant.

    Gotham, une série sombre et puissante (saison 1)

    « Les Films de Noël, ou les Films qu'on déteste adorer !GONE de Michael Grant »
    Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :