• Le diable s'habille en Prada et Confessions d'un accro du Shopping

     Le diable s'habille en Prada et Confessions d'un accro du ShoppingVingt-trois ans, un diplôme de littérature en poche, Andrea débarque à New York en quête d'un premier job, prête à croquer à belles dents dans la Grosse Pomme. On lui offre – ô, miracle ! – le poste d'assistante de Miranda Priestly, la rédactrice en chef d'un prestigieux magazine de mode. Comment, elle n'a jamais entendu parler de Runway ni de sa grande prêtresse dont le nom est aussi célèbre que ceux de Chanel ou de Versace ? Voyons, des millions de filles se damneraient pour être à sa place ! Mais les dessous de la mode ne sont pas toujours propres, et au contact de son incomparable patronne, Andrea découvre vite ce que le mot "enfer" veut dire...

    Le diable s'habille en Prada et Confessions d'un accro du ShoppingVive et charmante, Becky Bloomwood est une accro du shopping. Passionnée de mode, elle est incapable de résister au plaisir d'acheter tout ce qui est branché, tendance, trendy...
    Obligée de trouver un job pour financer ses achats impulsifs, elle obtient un poste - ô ironie ! - dans un magazine financier. La voilà expliquant aux lecteurs comment gérer leur argent au quotidien, alors qu'elle passe son temps à dépenser le sien dans les boutiques !
    Becky se retrouve vite dans une situation délicate qu'elle cherche à cacher à son patron, un homme très attirant...

     

    Mon Avis : Tire groupés sur ces deux films, je m'explique. Ce sont tous deux des films qui touche à l'univers impitoyable des journalistes; Soyons bien conscients que ce que ces deux films nous ont appris c'est journaliste (de mode) = sans âmes. Et c'est probablement vrai.

    Ces deux films sont dans des clichés un peu extreme qui les rendent drôle et triste à la fois. On part d'une situation cocasse et on se retrouve dans le drame et on reviens à la normal (ouf). Les deux filles ne sont pas faites pour le métier qu'elles exercent et pourtant elles deviennent excellentes. 

    Soyons clairs, c'est presque impossible. Mais c'est cet impossible qui les rends connus, ils font rêver contrairement à mes deux film préférés. 

    Un avis un peu court, mais il y avait peu de choses à dire

    « KeithLove Letters to the dead - Ava Dallaira »
    Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :