• J'ai commencé à écrire...

     

    Colb ne s'occupait point de faire passer le vaccin. Il regardait plutôt les résultats quelques heures après que la substance est été infiltrée dans le corps d'un individus. Voire à combien de pourcentage la barre du graphique se remplissait de verre sur son élétro-tab. Jusqu'alors, rien de très intéressant, le plus haut depuis une semaine lorsque le produit avait été révélé s'était retrouvé être de 37 pourcent. Même pas la moitié. Se pouvait-il qu'il est échoué? Non. Il ne se le permettrait pas. Il savait qu'une personne pouvait tout dépasser, pouvait arriver au 100 pourcent. Il fallait juste qu'il passe le test et prouverai le sérum marchait.
    Colb soupira et reposa l'élétro-tab sur son bureau avant de se lever. D'autres vaccins étaient entrain d'être donnés à l'instant même dans ses dix salles de préparations. Il lui faudrait attendre trois heure de plus avant de voir si l'un d'entre eux battrait le record. Alors pour se soulager un moment, Colb décida de quitter son bureau et de profiter de cette belle journée ensoleillée. Travaillant depuis sept heure tapante, il fallait bien qu'il soulage ses neurones.
    Sa porte s'ouvrit sans un bruit et il déboucha dans une pièce vaste qui rejoignait deux couloirs large sur les côtés. Une femme était assise à un bureau au centre, fasse à un écran transparent gigantesque. D'innombrables données y entraient à chaque secondes. Colb aperçut un nom, LOE EBERT, dont le pourcentage restait à zéro. Il détourna un instant le regard, inspira et afficha un sourire faux avant de s'adresser à sa secrétaire.
    "Anna, à mon retour, je veux que les résultats de ceux qui se font vacciner en ce moment même soit disposé sur mon ordinateur."
    "Bien Monsieur."
    "Et triez-moi ce bazar, déclara t-il en désignant l'écran. Je veux avoir une vision claire et net de qui aura et qui n'aura pas."
    Après quoi, il tourna les talons et pris le couloir de gauche.

    Quand Colb remonta dans son Laboratoire en fin d'après midi, il compris immédiatement que quelqu'un avait dépassé les 37 pourcent. Anna, du loin qu'il l'a voyait, arborait un large sourire et ne cessait de regarder à la fois son écran et l'électro-tab qu'elle lui remettait après chaque vague de vaccins.
    "Monsieur, s'empressa t-elle de se lever en le voyant arriver. Tenez, vous pouvez être fière de vous."
    Il arqua un sourcil, pris l'engin électronique dans sa main et se dirigea dans son bureau. À l'intérieur, un message indiquait qu'il pouvait ouvrir le nouveau fichier de donnée sur son écran d'ordinateur. Mais ce qu'il voulait s'était voir le résultat que contenait l'électro-tab, le reste, il s'en occupera plus tard. Colb l'alluma, entra son code, fixa un instant l'écran avant de se laisser retomber dans son fauteuil, un sourire étirant ses fines lèvres.
    Il avait réussit. SILAS DARE : 100%

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • J’ai commencé à écrire …

     

     Rien ni personne n’est immortel. Pourtant on me répète sans cesse que c’est impossible, qu’il y a forcément un jour où quelqu’un trouvera un remède à la vieillesse, à la maladie et à la mort. Je n’y crois pas. Le seul moyen de rester vivant n’est pas d’avoir une longévité hors du commun ou une santé de fer, mais c’est de marquer l’histoire. A ce moment là, on peut considérer que l’on vit plus longtemps, mais jamais une éternité.  Même l’univers vieillit il perd ses étoiles chaque jour comme un père perdrait ses enfants. Il y a tellement d’étoiles qu’il y en a probablement une qui meurt en ce moment même, qui souffre et qui sera éteinte d’ici demain … Comme moi.

    Lire la suite...

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique